La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Avatar du membre
Aranck
Messages : 1195
Enregistré le : 06 janv. 2018, 13:56

La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Aranck »

@Flowrale C'est trop gentil ! Merci Flowrale ![text alternatif](http://img5.xooimage.com/files/8/7/5/calinmeurt-547fc.gif)![text alternatif](http://img.xooimage.com/files1/8/a/1/calin-1844.gif)
@Bambi Je ne suis pas dans une phase top en ce moment, mais c'est très très gentil tout ça.![text alternatif](http://emoticoner.com/files/emoticons/crazy-rabbit/love-you-crazy-rabbit-emoticon.gif?1292793773)
@Isapass Ouiiiiii, tout à fait, je me souviens parfaitement de ton dessin. Il était parfait ! C'était tout à fait ça !

Et pour en revenir au sujet principal![text alternatif](http://img.xooimage.com/files1/3/e/0/33-2bc7.gif) il est vrai qu'il faut se méfier de Twitter et replacer cette discussion dans son contexte.

Avatar du membre
Litchie
Messages : 1201
Enregistré le : 28 déc. 2018, 14:39

La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Litchie »

@Bambi je suis rassurée que quelqu'un ait vu/lu ma connerie merci xD

*-repart loin du hors sujet-*

Avatar du membre
Fannie
Messages : 3734
Enregistré le : 07 janv. 2018, 14:04
Localisation : Un îlot au milieu de l'Europe

La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Fannie »

C'est quoi, un thread ? (Désolée, je ne parle pas franglais ! Image)

Ces critères sont extrêmement réducteurs, mais @Seja en a donné l'explication.
À prendre en compte peut-être que ce ne sont pas des conseils généraux valables partout, mais davantage pour la maison d'édition où il bosse. Maison numérique sur appli qui publie des histoires en épisodes. Donc forcément, il faut mettre le paquet sur la manière de capter l'attention du lecteur qui a tendance à très vite zapper.

Avec de tels critères, je ne pense pas qu'on aurait édité Balzac, Proust, Flaubert... et tant d'autres grands écrivains. Bien sûr, nous ne nous comparons pas à eux.
Toutefois, ne vous précipitez pas pour changer votre texte parce qu'il ne colle pas à ces critères. Je ne vise personne. :wink:

Malgré tout, j'ai envie de me faire l'avocat du diable, parce que si je suis d'accord avec ce monsieur sur certains points, il y en a d'autres qui ne sont pas forcément applicables aux genres littéraires autres que celui que sa maison publie.

— La météo : elle peut aider à créer une ambiance, elle peut être en accord avec les émotions des personnages et les renforcer ou, au contraire, sembler les narguer. Alors pourquoi devrait-on s'en priver ?
— Le démarrage de la voiture : une Ferrari ne démarre pas de la même manière qu'une 2CV. Le choix de la voiture en dit long sur le personnage, de même que sa manière de conduire, qui peut aller de pépère à agressive, en passant par toutes les nuances intermédiaires.
Alors quand je lis un manuscrit, si je ne comprends pas très vite ce dont a besoin le personnage, ce qu'il désire et quelles sont ses faiblesses, je perds très vite tout intérêt. C'est comme regarder un inconnu marcher dans la rue.

Sérieusement ? Il faudrait que ce soit dit dès la première page ? Si on n'a pas la patience de faire connaissance avec les personnages, est-ce vraiment raisonnable de lire un roman ? Si le personnage a un minimum de complexité, donc s'il est intéressant, il gagnera à être d'abord mystérieux. C'est justement parce qu'on a envie de savoir qui il est, ce qu'il veut et où ça va le mener qu'on lit la suite, non ?
Vous avez des images dans la tête, mais un livre s'écrit deux fois : une fois sur le clavier de son auteur, une fois dans la tête de son lecteur. Si vous vous substituez en permanence à l'imaginaire du lecteur, vous divisez l'impact par deux.

On reproche à l'auteur de se substituer à l'imaginaire du lecteur ? C'est le monde à l'envers : c'est quand même l'auteur qui invente l'histoire, l'univers et les personnages, jusqu'à preuve du contraire. Je trouve que le lecteur qui exige que l'auteur se limite dans ce qu'il imagine et ce qu'il exprime pour pouvoir réinventer son histoire et ses personnages à sa guise « lui chie carrément à la tronche », comme dirait ce monsieur.
Donc assez de : « il rangea son téléphone portable de marque Samsung acheté en 2008 dans la poche de sa parka orange aux manches légèrement élimées et haussa imperceptiblement les épaules en frémissant des narines ». ON S'EN FOUT. IL RANGE SON PORTABLE, POINT.

C'est vrai que cet exemple est un peu extrême : le haussement d'épaules imperceptible et le frémissement de narines semblent déconnectés du reste, sans signification, donc gratuits.
Quant au téléphone, ancien ou dernier cri, bon marché ou cher, il donne des renseignements sur son propriétaire.
La parka aussi peut être significative : tout le monde ne porte pas une parka orange, et le fait qu'elle soit élimée ou apparemment neuve donne aussi des indications sur le personnage.
Donc les phrases en majuscules sont, à mon sens, à relativiser.
Ou alors allez vous acheter une caméra et changez de carrière : devenez cinéaste.

J'ai envie de paraphraser cette remarque en disant : si vous n'avez pas la patience de lire une description qui va vous permettre de visualiser les personnages et le cadre du roman, ou une explication qui peut être déterminante pour la compréhension de l'histoire, ne lisez pas, regardez des séries ou des films.

Aujourd'hui, tout le monde est pressé ; on n'a plus de patience, on veut tout tout de suite, on ne veut plus prendre le temps de faire les choses.
Lire, n'est-ce pas aussi se promener dans l'univers d'un auteur, s'en imprégner, contempler les paysages, faire connaissance avec ses personnages en prenant le temps de les regarder, de les observer ? Un clignement de l’œil ou une ondulation de la rotule ne sont-ils pas des caractéristiques des personnages, ces petits rien qui les rendent plus réels, qui leur permettent de s'incarner ?
À force de formater les écrits, de rejeter les longues phrases, les adjectifs ou les adverbes, les descriptions ou les explications, ne risque-t-on pas d'ôter toute poésie, toute beauté aux histoires qu'on veut lire ? On n'écrit pas un roman comme on écrit un article de journal ; en privant les écrits de leur aspect artistique, on va finir par tuer la littérature.
Image Ce discours est volontairement un peu excessif et provocateur. Respirez bien avant d'éventuellement vous indigner...

Voilà. Si vous avez eu la patience de lire mon plaidoyer, vous pouvez reprendre une activité normale. :)
Modifié en dernier par Fannie le 05 juil. 2020, 00:22, modifié 5 fois.

Avatar du membre
Audrey Lys
Messages : 4580
Enregistré le : 30 août 2018, 14:27

La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Audrey Lys »

@Fannie sans être aussi tranchée, je suis d'accord avec toi

Avatar du membre
Litchie
Messages : 1201
Enregistré le : 28 déc. 2018, 14:39

La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Litchie »

@fannie a dit dans [La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur](/post/46118) :
> J?ai envie de paraphraser cette remarque en disant : si vous n?avez pas la patience de lire une description qui va vous permettre de visualiser les personnages et le cadre du roman, ou une explication qui peut être déterminante pour la compréhension de l?histoire, ne lisez pas, regardez des séries ou des films.

Oui.

Avatar du membre
Shangaï
Messages : 235
Enregistré le : 08 avr. 2020, 18:33
Localisation : France - Pays de la Loire

Re: La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Shangaï »

Super intéressant @elikya et ça donne encore un peu plus de relief à tout ce que tu m'as déjà appris ;*

Avatar du membre
DylanLuka
Messages : 38
Enregistré le : 21 août 2019, 20:16
Localisation : Île-de-France
Contact :

Re: La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par DylanLuka »

Dans l'ensemble, j'ai du mal avec les conseils de type "le premier paragraphe doit nous plonger dans l'atmosphère du roman", "la première phrase est la plus importante, si elle est nulle, je lis pas", ou "si je connais pas le personnage comme ma mère au bout de trois pages, à quoi bon ?"

Je vous permets de crier à l'hérésie, mais je suis persuadé que c'est quasi impossible (ou très dur) de retranscrire l'ambiance et l'atmosphère d'un roman entier dans quelques phrases au début de la première page. On rabâche ça aux auteurs débutants si bien qu'on se retrouve avec des accroches qui se veuillent si saisissantes, philosophiques et bourrées de sens qu'elles finissent à ne plus en avoir aucun (je suis passé par là :downcast:).

Je suis d'accord que ça reste la partie du roman qu'il faudra le plus retravailler, mais je suis aussi d'accord avec @Fannie pour ce qui est de l'impatience de certains. Si bien maîtrisé, un roman qui commence lentement fonctionne aussi bien qu'un autre. J'aime bien me plonger dans la vie des personnages (ou dans l'univers) avant de forcément connaître ses faiblesses et ses motivations qui seront cruciales dans l'histoire, ne serait-ce que pour quelques pages.

Même si je suis le premier à prôner l'originalité dans un incipit, je trouve qu'on fait un peu trop peur aux personnes qui se lancent dans l'écriture et à qui on baragouine des règles à tout va qui finissent par leur retirer toute liberté (ou envie).

Après, tout ça, ça dépend des goûts et des couleurs, des genres, etc. Il ne faut surtout pas oublier que beaucoup d'éditeurs ont des avis qui divergent, car au final, pour accepter un manuscrit ou non, il y aura toujours une plus ou moins grosse part de subjectivité. J'ai déjà entendu des personnes dire qu'elles refusaient des textes magnifiquement bien écrits, juste parce que c'était pas leur genre de lecture, et vice-versa.

Cocochoup
Messages : 278
Enregistré le : 13 oct. 2018, 15:51

Re: La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Cocochoup »

@Fannie je suis absolument fan de ta réponse ❤️

Avatar du membre
Eryn
Messages : 155
Enregistré le : 06 juin 2020, 16:04

Re: La sélection des manuscrits selon Julien Simon, éditeur

Message par Eryn »

C'est vrai qu'il met la pression, alors oui, le premier chapitre doit être travaillé au maximum parce que c'est souvent là que s'arrêtent les comités de lecture, malheureusement. S'il y a de grosses faiblesses dès les 15 premières lignes, ils le verront, et je pense aussi qu'il est facile de détecter un style débutant dès le premier paragraphe. Après je rejoins vos avis : impossible de donner la substance d'une histoire complète dans les 2 premiers paragraphes, (ou dans un synopsis qui selon moi résume simplement les principaux enjeux). Alors pas facile... Faut peut être juste avoir la chance de tomber sur un lecteur qui va un poil plus loin dans sa lecture, mais ils en reçoivent tellement...

Honnêtement je ne sais pas trop comment faire pour que le premier chapitre soit accrocheur, mais quand on rentre directement dans l'action, en général, ça aide.
Après, descriptions ou pas, tout ça, c'est surtout une question de dosage selon moi, dosage et rythme. Un bon auteur arrivera à garder l'intérêt du lecteur en passant de l'action aux (pas trop longues quand même) descriptions sans perdre son lecteur. L'important c'est que l'univers se sente à travers tout le texte.

Répondre